Slavutych : Les enfants de Tchernobyl ont grandi

par | Août 15, 2015 | Ukraine | 0 commentaires

Les jeunes femmes traversent mécaniquement la place, la poussette à bout de bras. Seules. On se demande vers quoi elles se dirigent, tant il n’y a nulle part où aller à Slavutych. Se promener dans cette ville, c’est aller de l’autre côté de la place centrale, quel que soit le côté d’où l’on vient. Marcher en ligne droite plus de quinze minutes, c’est finir sa course dans les bois, entre 2 bouteilles vides de bière ou de vodka et une seringue usagée. Une expression ukrainienne dit « A Slavutych, personne ne dort dans un seul lit », mais cela est une autre question.

Lieux: Slavutych
Date: 2014-2015
image mariage © NAK

Slavutych-nakSlavutych est la plus jeune ville d’Ukraine, née de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986, pour y abriter ceux qui travaillent encore aujourd’hui à la centrale. Les meilleurs architectes soviétiques ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour dessiner une ville modèle qui ferait oublier les raisons de sa naissance. Les meilleures brigades de constructeurs sont venus de toute l’URSS pour bâtir des logements idéaux qui feraient oublier pourquoi leurs habitants sont venus y vivre. Les meilleurs hôpitaux, les meilleures installations sportives, les meilleurs jardins d’enfants, les meilleures écoles. Le meilleur pour effacer la honte de cet échec.

Se promener dans Slavutych aujourd’hui, c’est visiter une ville soviétique idéale de 25’000 habitants qui s’est transformé derrière ses belles façades en enfer post-soviétique pour la génération de l’après-Tchernobyl.

RTS - Détours - Et Tchernobyl vit naître Slavutych

http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/detours/7272828-detours-du-05-12-2015.html

Le photographe suisse Niels Ackermann a suivi entre 2012 et 2015 une bande de jeunes de la ville. Ils sont passés de l’adolescence à l’âge adulte. Sauf qu’à Slavutych « quand vous êtes un enfant cette ville est géniale, mais plus vous grandissez, moins il y a à faire. Ceux qui vivent ici deviennent des zombies.  Vous avez tout à Slavutych, mais il manque quelque chose. C’est difficile à expliquer « , dixit Yulia, 25 ans.

images © NAK

« Ceux qui vivent ici deviennent des zombies… »

 Yulia, 25 ans

J’ai suivi Niels au cours de l’un de ses 13 voyages à Slavutych. J’y suis retourné seul. J’ai bu avec ces jeunes adultes, je me suis baigné dans le Dniepr avec eux, je me suis battu avec eux. J’ai surtout beaucoup parlé avec eux, et j’ai longuement traîné de jour et de nuit dans Slavutych.

« L’ange blanc. Les enfants de Tchernobyl ont grandi » sortira durant le premier trimestre 2016 à l’occasion des 30 ans de la catastrophe nucléaire, aux éditions Noir sur Blanc. Un livre de photos de Niels Ackermann, accompagné de mes textes.

« L’ange blanc. Les enfants de Tchernobyl ont grandi »

sortie le 8 avril à quelques jours des 30 ans de la catastrophe nucléaire, aux éditions Noir sur Blanc. Un livre de photos de Niels Ackermann, accompagné de mes textes.

Gaetan Vannay

Grand reporter, reporter de guerre, spécaliste de la Russie, je poursuis aujourd’hui mes voyages et reportages en journaliste indépendant. Ancien correspondant en Grande-Bretagne et en Russie, ancien chef du bureau international de la RTS-radio, j’ai étudié le Russe à Ekaterinbourg et le comportement en terrain hostile dans les forêts écossaises avec des SAS britanniques. Le Collège de la Royale Abbaye de St-Maurice, les Universités de Neuchâtel et de Genève ont aussi contribué à mon édification.